Genre et conflits armés

Genre et conflits armés

Séminaire proposé par l’ UMR LEGS 8238-CNRS (Laboratoire d’études de genre et de sexualité) et le Département d’études de genre/Centre d’études féminines et de sexualité, Université Paris 8/ Vincennes.

Ce séminaire est animé par Carol Mann, chercheure associée au LEGS, co-directrice de Women in War et Valérie Pouzol, Maîtresse de conférences en histoire à Paris 8, chercheure au LEGS.

Un jeudi par mois de 16 à 18h (sauf la première session qui se tiendra le vendredi).

Présentation du séminaire

Les travaux et recherches incorporant le genre comme grille d’analyse dans l’étude des conflits armés et de leur phase résolutoire, sont d’abord venus du monde anglophone avant de se développer en France. Différentes synthèses alliant la science-politique, l’histoire [1] et la sociologie sont désormais disponibles et accessibles en langue française, témoignant de l’intérêt de la recherche nationale pour ces questions.
Cette série de conférences propose, à partir de l’étude de certains conflits armés, dont certains sont d’actualité, de convoquer le genre comme « catégorie utile d’analyse historique [2], interrogeant le conflit armé comme évènement capable de mobiliser et de construire des identités sexuelles à son service, de redistribuer les relations entre les sexes, de provoquer une période de trouble et de rupture inhabituels où les identités personnelles et collectives peut être réaménagées et repensées [3].
Les guerres (y compris celles financées et/ou soutenues par des puissances qui n’envoient pas leurs propres troupes sur le terrain) ont mobilisé des constructions particulières des notions de masculinité et de féminité qui produisent une hyper-virilisation naturalisée des institutions, de la culture, de l’industrie, de l’économie et des valeurs associées de près ou de loin à la guerre, dont le nationalisme. Une attention particulière sera apportée à la question de la place des femmes dans les combats et à la question de la gestion de la mixité et de l’économie sexuelle dans les rangs des combattant-e-s [4]. Ce séminaire aimerait également réfléchir à l’introduction de la notion de genre dans une temporalité qui dépasse strictement celle du conflit. En effet dans certains conflits contemporains, il y a à réfléchir sur les notions d’”entre guerre et paix » où le recours à la violence et aux armes est intermittent mais constructeur de la réalité sociale. De même, une attention particulière et critique sera accordée à la manière dont le genre est intégré dans la résolution des conflits et des interventions humanitaires.

Depuis une trentaine d’années, à partir des travaux novateurs de Cynthia Enloe, de Jean B. Elshtain puis de Cynthia Cockburn, une réflexion féministe sur la guerre a vu le jour, suscitant des recherches pluridisciplinaires auprès des universitaires, avec des conséquences sur les considérations des décideurs politiques et des activistes. Une première phase a cherché à déconstruire les stéréotypes genrés qui, depuis des siècles, ont imposé des stéréotypes aux hommes construits comme “naturellement” guerriers et protecteurs et aux femmes considérées tout aussi “naturellement” comme pacifistes, fragiles et victimes potentielles. Par la suite, une approche intersectionnelle a poussé la recherche à dépasser la description sous toutes ses formes pour lui préférer une approche plus nuancée, fondée sur les rapports de pouvoir mettant en jeu des notions de race, classe, sexe, âge, géographie. Il s’agit à présent d’identifier à quel moment et de quelle façon des notions de genre interviennent sur les pratiques et la politique de la guerre, celle-ci étant analysée comme regroupant toutes les activités qui y mènent et qui en découlent, de la propagande et l’industrie de l’armement aux négociations de paix et la culture de consommation quotidienne.

Pour discuter de ces problématiques, notre point de départ sera chaque fois une actualité. Au premier semestre, nous nous pencherons sur le Moyen-Orient avec un détour en Colombie, et au second, centenaire de la révolution russe oblige, nos intervenant-e-s venues de régions de conflit de l’ex-URSS, évoqueront la problématique du genre, en particulier l’Ukraine et le Caucase, moins connus ou commentés en France. Les négociations de paix, la culture populaire, le regard queer sur les pratiques militaires seront également débattus.
Certaines séances se tiendront en anglais. Chaque intervention sera précédée par une présentation générale et théorique et une large partie sera consacrée au débat

Une page Facebook intitulée “Genre et Conflits Armés” permettra de présenter les cours, d’en modifier si nécessaire l’information ainsi que la bibliographie et d’autres renseignements.

Ouvrages de référence

  • Cynthia Cockburn, Des femmes contre le militarisme et la guerre, Paris, La Dispute, 2015.
  • Jean B. Elshtain, Women and War, University of Chicago Press, 1987.
  • Cynthia Enloe, Faire marcher les femmes au pas : regards féministes sur le militarisme mondial, Solhannets, 2016.
  • Simona Sharoni, Julia Welland, Linda Steiner and Jennifer Pedersen, Edward Elgar (ed) Handbook on Gender and War, Cheltenham-Northampton, 2016.

Programme

Vendredi 28 octobre 2016

Réflexions genrées sur les questions turque et kurde dans la configuration politique : Engin Sustam, Université de Genève et Betül Yarar, chercheure invitée de Paris 8.
Lieu : CNRS Ivry, salle A : 27 rue Paul Bert, 94200 Ivry-sur-Seine (Métro/Tramway Porte de Choisy ou Porte d’Ivry)

Jeudi 17 novembre 2016

Exceptionnellement de 10h à 12h : Résistances féminines et féministes afghanes et iraniennes à la répression légalisée : Fakhera Moussavi, doctorante à l’Université de Lyon et Atieh Ashgharzadeh (CADIS)
Lieu : Université Paris 8, salle G-2.

Jeudi 8 décembre 2016

Les combattantes dans les groupes armés : le cas des FARC, Elodie Gamache, doctorante à Paris III et les combattantes kurdes du Rojava : Carol Mann (Paris 8, Women in War)
Lieu : local du CNRS/LEGS à Ivry, salle de conférence.

Jeudi 26 janvier 2017

Droits humains depuis la chute de l’URSS et en particulier la dimension du genre dans la guerre en Ukraine avec Ella Lamakh (NAPA, National Academy for Public Administration/Centre of Democracy Development, Kiev).
Lieu : Université Paris 8, St. Denis (Métro Saint-Denis Université), salle B106

Jeudi 23 février 2017

La participation des femmes dans les luttes armées : une grille d’analyse féministe transversale : Jules Falquet, MCF HDR en sociologie, CEDREF-LCSP, Université Paris Diderot.
Lieu : Université Paris 8, salle G-2 (en sous-sol)

Jeudi 23 mars 2017

Un regard queer sur les conflits armés avec Zeynep Kivilcim, Professeur invitée à Humboldt University Institute for Integration and Migration Research (BIM) and Göttingen University Centre for Gender Studies sur les violences contre les réfugiés syriens trans et une lecture de textes de Cynthia Weber et Jasbir K. Puer.

Jeudi 27 avril 2017

L’accès à la justice après les génocides et les massacres à grande échelle : la perspective du genre (Rwanda, RDC, Yezidis en Syrie) : Sareta Ashraf (experte auprès des Nations Unies, Genève)
La place des femmes et du genre dans les résolutions de conflit (Israël-Palestine) : Valérie Pouzol ( MCF , Paris 8 et LEGS)
Lieu : Université Paris 8, salle G-2 (en sous-sol)

Jeudi 16 mai 2017

L’interdit de la problématique du genre en Russie et en particulier dans le Caucase actuel : Nona Shahnazarian, Institut d’Ethnographie et d’Archéologie, Université d’Erevan.
Lieu : Université Paris 8, salle G-2 (en sous-sol)

—————————————————————————————————————

[1] Armées, Clio. Histoire, Femmes et Sociétés, Presses Universitaires du Mirail, 2004. Et Isabelle Ernot, « Le genre en guerre. Exécutrices, victimes, témoins », Genre & Histoire [En ligne], 15 | Automne 2014-Printemps 2015, mis en ligne le 30 septembre 2015, consulté le 24 octobre 2016.

[2] Joan W. Scott, De l’utilité du genre, Paris, Fayard, 2012.

[3] Sur cette notion de « troubles guerriers » Luc Capdevila, François Rouquet, Fabrice Virgili, Danièle Voldman, Hommes et femmes dans la France en guerre (1914-1945), Paris, Payot, 2003.

[4] Sur cette question se reporter au numéro « Femmes combattantes », Critique internationale, Paris, Presses de Sciences PO, 2013/3.



Retour à la liste