Marta Segarra

Directrice adjointe de l’UMR LEGS

Directrice de recherche, Études de genre et de sexualité / Centre National de la Recherche Scientifique-CNRS
Professeure d’études de genre et de littératures francophones / Centre de recherche ADHUC ‒ Théorie, genre, sexualité / Universitat de Barcelona.

Email : marta.segarra@legs.cnrs.fr


Champs de recherche

  • Aux frontières du genre : études posthumaines et animales
  • Nouvelles visions de la communauté, nouvelles identités hybrides et diasporiques
  • Penser le désir et le corps. Psychanalyse, genre et sexualité
  • Déconstruction (Cixous, Derrida)
  • Biopolitique(s). Études queer
  • Genre et culture « populaire » (cinéma, BD…)
  • Écrivaines/cinéastes en France et au Maghreb (XXe-XXIe s.)
  • Littérature et philosophie/art
  • Histoire culturelle des femmes et de la littérature

Recherches en cours

  • Posthumanité(s) : littérature, cinéma, arts
  • Repenser la « communauté »
  • Genre et discriminations

Responsabilités institutionnelles (2006—présent)

  • Directrice adjointe, UMR LEGS 8238 CNRS/ Paris 8/ Paris Nanterre, 2016—présent
  • Membre UMR LEGS 8238 CNRS/ Paris 8/ Paris Ouest, 2015—présent
  • Études animales et études de genre : extensions de la parenté (kinship)
  • Membre nommée de la CID 53 du CNRS, 2017‒2021
  • Membre du Bureau de la CID 53, Comité National CNRS, 2017‒2021
  • Présidente du Réseau universitaire et scientifique euro-méditerranéen sur les femmes et le Genre-RUSEMEG, 2016—présent
  • Membre élue de la Commission de Recherche de l’Université Paris 8, 2016‒
  • Membre du Bureau de l’École doctorale Pratiques et Théories du Sens (Université Paris 8), 2017‒
  • Membre du Comité scientifique du Centre d’Études latino-américaines et transatlantiques, Universität Johannes Gutenberg, Mayence (Allemagne), 2015‒présent
  • Membre du Comité scientifique du Programme de doctorat en Construction et Représentation d’Identités Culturelles (Universitat de Barcelona, Espagne), 2012—présent
  • Membre du Comité scientifique du Programme de doctorat en Citoyenneté et Droits Humains (Universitat de Barcelona, Espagne), 2014—présent
  • Vice-présidente du Frankophones Forschungsseminar der Universität Leipzig (Allemagne), 2011—présent
  • Membre du Comité scientifique du Programme de doctorat en études de genre (Universidad Nacional de Córdoba, Argentine), 2009—présent
  • Co-fondatrice et Membre du centre de recherches Dona i literatura. Genre, sexualité, critique de la culture, Université de Barcelone (Espagne), 1994—présent
  • Directrice de la chaire UNESCO Femmes, développement et cultures-Université de Barcelone, 2004-2015
  • Coordinatrice de la Section d’études françaises du Département de Philologie Romane, Université de Barcelone, 2008-2013
  • Directrice du centre Dona i Literatura, Université de Barcelone, 1994-2013
  • Direction du Master en Études de femmes, genre et citoyenneté, Université de Barcelone, 2006-2008
  • Direction du Master online en Études de genre : femmes, développement et cultures, Université de Barcelone, 2005-2007
  • Professeure invitée au Centre de recherches en études féminines et en études de genre, Université Paris 8, 2001-2006

Participation à des réseaux et associations professionnelles

  • Réseau Universitaire et Scientifique Euro-méditerranéen pour le Genre et les femmes (RUSEMEG), 2015‒présent
  • Women in French Studies (WIF), 1996‒présent
  • Coordination Internationale des Chercheurs des Littératures Maghrébines (CICLIM), 1994‒2015
  • Asociación de Francesistas de la Universidad Española (AFUE), 1992‒présent
  • Modern Language Association of America (MLA), 1989‒2018

Responsabilités éditoriales

  • Comité scientifique de la revue Estudios, Universidad nacional de Córdoba (Argentine), 2018‒présent
  • Comité scientifique de la revue Langues et Parole, Universitat Autònoma de Barcelona (Espagne), 2016‒présent
  • Comité scientifique de la revue Çédille, AFUE (Espagne), 2016‒présent
  • Comité scientifique de la revue Líneas. Revue interdisciplinaire d’études hispaniques, Université de Pau et des Pays de l’Adour, 2015‒présent
  • Comité scientifique de la revue Oxford Literary Review, University of Oxford (Royaume Uni), 2015‒présent
  • Comité scientifique de la collection « Frankfurter Studien zur Iberoromania und Frankophonie », Narr/Francke, Francfort (Allemagne), 2015‒présent
  • Comité scientifique de la collection « Transversalité » (L’Harmattan), 2012‒présent
  • Comité scientifique de la revue Cuadernos de investigación filológica (Universidad de La Rioja, Espagne), 2012‒présent
  • Comité scientifique de la revue Thélème (Universidad Complutense de Madrid, Espagne), 2012‒présent
  • Comité scientifique de la revue Multilinguales (Université de Béjaia, Algérie), 2012‒présent
  • Comité scientifique de la collection PASSAGEN ‒ Transdisziplinäre Kulturperspektiven / Transdisciplinary Cultural Perspectives / Perspectives Culturelles Transdisciplinaires (Leipzig Universität, Allemagne), 2011‒présent
  • Comité scientifique de la collection L’Ull crític (Université de Lleida, Espagne), 2011‒présent
  • Comité scientifique de la revue Anagnórisis (Universitat de Barcelona, Espagne), 2010‒présent
  • Comité scientifique de la revue Logosphère (Universidad de Granada, Espagne), 2008-2013.
  • Comité scientifique de la collection Lilith (Universidad de Alicante, Espagne), 2005‒présent
  • Comité scientifique de la collection Critical Studies (Rodopi, New York-Amsterdam), 2004‒présent
  • Comité scientifique de la collection Palimpsests (J.M. March Editor, Espagne), 2004-2009.
  • Comité scientifique de la revue Feminismo/s (Universidad de Alicante, Espagne), 2002‒présent
  • Directrice de la collection « Mujeres y culturas », Icaria Editorial (Barcelone, Espagne), 2000‒présent
  • Comité scientifique de la revue Lectora : Revista de Dones i Textualitat (Universitat de Barcelona, Espagne), 1999‒présent

Publications sélectives

Ouvrages récents

Marta Segarra, L’habitació, la casa, el carrer / Room, House, Street, Barcelone, Centre de Cultura Contemporània de Barcelona-CCCB, 2014.

If intimacy had its origins with the bourgeoisie, which is to say with the city, could this notion be facing extinction with the erosion of the physical and symbolic frontiers of the city ? Feminism, which also made its appearance bound to the bourgeoisie and the city, taught that “the private is political”, but is this rallying cry still applicable ? Taking Virginia Woolf’s room, Maria-Mercè Marçal’s home and Hélène Cixous’ street as a starting point, this essay considers the concepts of intimate space, private space and public space, if such distinctions still make sense.


Marta Segarra, Teoría de los cuerpos agujereados, Barcelona-Santa Cruz de Tenerife, Melusina, 2014.

The hole plays a principal role in the foundational myths of a myriad of cultures, as well as in scientific theories, as much in the field of biology as in medicine, geography, astronomy, and an extensive list of etcetera’s. According to psychoanalysis, it also constitutes an essential element of our vital learning, from the fledgling sensations of the baby. Anatomical orifices are the elements around which experiences and the progressive self-knowledge of the body are organised from the very first weeks of life, and holes will continue to exercise an incomparable fascination throughout our lives. The primary hypothesis of Bodies of Holes : A Theory is the following : all holes, physical and imaginary, are related to the orifices of the human body, an aspect reflected in scientific discourse, in mythic narratives, and in contemporary popular culture.

Following on the first chapter, which explores the multiple valences of this image, the subsequent chapters analyse diverse aspects of the figure of the hole, in so far as it relates to the human body. Starting with the orifices of the human face, the pictorial and photographic self-portrait is discussed in “The Self-Portrait or the Ruin of the Subject”. Works that stand out for the special treatment they offer of these orifices have been selected, whether they highlight them through exaggeration, or by deviating from their ordinary functions and representations, leading to a deconstruction of the limits of the well-defined subject and the well-disciplined body.

In the subsequent chapter, “The Abyss of the Sex : The Vagina Dentata”, this recurring image, not only in art but also throughout the mythologies of all times and cultures, is considered : the vagina that becomes a mouth and, as a result, is given teeth. Both orifices, the mouth and the vagina, are identified in the seductive and terrifying figure of the vagina dentata, which embodies the apprehensive fascination the female sex organ awakens.

The Back Door : Sodomy and Trans-corporeality”, the next chapter, is dedicated to another of the bodily orifices that so strongly figures in children’s imagination, and by extension in that of adults as well : the anus. This orifice is laden with even more prohibitions and taboos than the vagina, not only because it joins the scatological and the erotic, but also because it associates the masculine body, generally considered to be hermetic, with the possibility of penetration, and as such introduces a disruption in the traditional hierarchy between the roles of both sexes.

The fifth chapter, “Holes in the Celestial Body”, appears to distance itself from the corporeal orifices, however what it seeks to demonstrate is, precisely, the very close relationship between these and the fascinating ‘black holes’ found in space. To do so, various scientific texts, written by physicists but aimed at the general public, are analysed, as well as an artistic exhibition, two mainstream films, and the popular Jules Verne’s novel Journey to the Centre of the Earth. Surprisingly enough, Verne’s novel establishes an astonishing parallelism between the mythic empty space that would be found at the centre of our planet and the black holes that populate astral space.

Finally, the last chapter is dedicated to “The Eternal Hole”, everything that links the hole and death : the tomb or grave as the final dwelling place of the human being ; the cemetery as a perforated space ; the imaginary places we end up after dying—heaven and hell, both of which are located in subterranean places— ; and finally the way the corpse is treated in various funerary rites and in its photographic representation, with the constant intent of linking all these mortuary holes with corporeal orifices.


Marta Segarra, Escriure el desig : De La Celestina a Maria-Mercè Marçal, Catarroja-Barcelona, Afers, 2013.

Un des premiers sens du terme latin “desiderare”, dit-on, était celui de “cesser de contempler les étoiles” ; de là provient le sens moral de “constater l’absence de quelque chose” et, plus tard, l’idée de chercher ce qui nous manque. Depuis leurs origines, la litterature comme le cinéma glorifient la force du désir en tant que loi principale de la conduite humaine et en tant que mesure pour juger les personnes, en dehors de toute norme sociale et morale. Escriure el desig (Écrire le désir) analyse plusieurs représentations littéraires et cinématographiques de la tension entre le moi et l’autre fascinant ou terrible, une impulsion assimilée au désir qui se matérialise de plusieurs façons. Le désir est non seulement porteur de vie et de mort, mais il agit en outre de façon mystérieuse et contradictoire. Les textes analysés dans cet essai coïncident à mettre en question la conception du sujet qui définit celui-ci comme une entité stable, sujette à des tensions mais capable de maîtriser les forces qui détruisent son unité et cohérence, des forces qui se résument souvent sous la catégorie du désur. Certains de ces textes proposent implicitement une nouvelle conception du sujet, au-delà du conflit entre la maîtrise et sa perte fatale, et ouvrent donc la possibilité de le concevoir d’une autre façon, qui impliquerait de renoncer à l’illusion d’unité et de stabilité.


Marta Segarra, Nouvelles romancières francophones du Maghreb, Paris, Khartala, 2010.

Ce livre étudie l’œuvre de plusieurs romancières contemporaines relevant du Maghreb et de sa diaspora. De 1995 à 2008 environ, cette aire littéraire a connu un vrai essor. Des écrivaines de grande qualité ont commencé à publier ou leur œuvre s’est épanouie dans cette quinzaine d’années, qui constituent une étape fondamentale de cette littérature. Nouvelles romancières francophones du Maghreb se veut ainsi un prolongement de Leur pesant de poudre : romancières francophones du Maghreb, étude critique que Marta Segarra a publiée en 1997, qui analysait l’œuvre d’une cinquantaine d’écrivaines afin de décrire cet espace littéraire émergent. Si Kateb Yacine qualifiait ainsi les écrivaines algériennes : « Toute femme qui écrit vaut son pesant de poudre », presque trente ans après il est urgent de souligner les aspects les plus littéraires du corpus analysé : cet essai est donc focalisé sur des questions qui touchent à la langue, à la représentation symbolique du monde, aux techniques narratives, c’est-à-dire tout ce qui fait la littérarité et même la poéticité de ces ouvrages. Un dernier chapitre se penche aussi sur le cinéma, rendant hommage à l’expansion du cinéma maghrébin, et surtout à la présence de plus en plus remarquable des réalisatrices.


Marta Segarra, Traces du désir, Paris, CampagnePremière, 2008.

Le désir est toujours désir de l’autre, de le posséder, de l’anéantir ; mais, en même temps, chacun a besoin d’autrui pour saisir toutes les structures de son être. Ainsi va le désir, porteur de vie et de mort. Oscillant entre ces extrêmes de façon mystérieuse et contradictoire, il est le plus souvent menaçant, rarement porteur d’altérité. La littérature et le cinéma fourmillent d’exemples tragiques de désirs destructeurs, inassouvis. Marta Segarra a puisé dans la littérature et le cinéma espagnols (Arrabal, Buñuel, Cernuda, Lorca, Rojas) et la prose française (Cixous, Genet, Michaux, Pieyre de Mandiargues), pour mettre au jour les traces du désir. Traces du désir démêle le rapport du désir au langage et décrit une nouvelle conception du sujet désirant, dans laquelle l’Autre acquiert toute sa place.

Direction d’ouvrages et de numéros de revues

Éric Fassin et Marta Segarra (dir.), Représentation et non-représentation des Roms en Espagne et en France, dossier pour Sociétés & Représentations, 45 (1), 2018, p. 7-118.

Les populations roms ou gitanes, en France comme en Espagne, sont l’objet à la fois d’un excès et d’un défaut de représentation. D’une part, elles sont surreprésentées : si la vision romantique des Bohémiens semble passée de mode, les clichés les plus éculés de l’antitsiganisme sont abondamment recyclés par le racisme contemporain. D’autre part, les Roms sont sous-représentés en un double sens. Le sort qui leur est réservé est invisibilisé et leur parole est inaudible : ils sont parlés plus qu’ils ne parlent.

Ce dossier, dirigé par Éric Fassin et Marta Segarra, porte sur la (non-) représentation, autant politique qu’artistique et médiatique, des Roms en France et en Espagne des Gitanxs (ou Gitan·e·s) ; et cela non seulement dans le contenu des articles, mais aussi dans la forme de leur écriture, souvent à la première personne, qu’il s’agisse de sociologie, d’anthropologie ou d’études littéraires, de photographie ou de littérature, ou de discours militants. Ce dossier veut donner à voir ce qui est exhibé ou masqué, affiché ou effacé, et surtout contribuer à faire entendre la voix de celles et ceux dont on parle. L’enjeu, c’est de parler de, pour et parfois avec les Gitan·e·s et les Roms, mais aussi de leur laisser la parole.


Marta Segarra, avec Joana Sabadell-Nieto (dir.) Differences in Common : Gender, Vulnerability and Community, Amsterdam-New York, Rodopi, 2014.

Differences in Common engages in the ongoing debate on ‘community’ focusing on its philosophical and political aspects through a gendered perspective. It explores the subversive and enriching potential of the concept of community, as seen from the perspective of heterogeneity and distance, and not from homogeneity and fused adhesions. This theoretical reflection is, in most of the essays included here, based on the analysis of literary and filmic texts, which, due to their irreducible singularity, teach us to think without being tied, or needing to resort, to commonplaces. Philosophers such as Arendt, Blanchot, Foucault, Agamben or Derrida have made seminal reflections on community, often inspired by contemporary historical events and sometimes questioning the term itself. More recently, thinkers like Judith Butler, Gayatri Spivak or Rada Iveković—included in this volume are essays by all three—have emphasized the gender bias in the debate, also problematizing the notion of community.

The essays collected here reflect on different topics related to these issues, such as : gender and nation ; nationalism, internationalism, transnationalism ; nationalism’s naturalization of citizenship and the exclusion of women from citizenship ; the violent consequences of a gendered nation on women’s bodies ; gendering community ; preservation of difference(s) within the community ; bodily vulnerability and new politics ; community and mourning ; community and the politics of memory ; fiction, historical truth and (fake) documentary ; love, relationality and community ; interpretive communities and virtual communities on the Web, among others.


Àngels Santa, Marta Segarra (dir.). Simone de Beauvoir, filosofía, literatura y vida, Berne : Peter Lang, 2011.

Esta obra reúne una serie de artículos presentados en el coloquio international El segundo sexo, que tuvo lugar en las universidades de Lleida y Barcelona en noviembre de 2009 para celebrar el sesenta aniversario de esta obra de Simone de Beauvoir. El libro pretende abordar la personalidad de esta autora desde diversos puntos de vista, primero desde la filosofía iniciando un recorrido por sus obras más importantes y por la temática que subyace en ellas, luego a través de un análisis detallado del Segundo Sexo y de su repercusión tanto en España como en Francia y en otras latitudes. También se aborda la particular relación de Simone de Beauvoir con la literatura a través de un recorrido por sus principales creaciones para desembocar finalmente en el nexo entre la escritura y la vida, analizando el trabajo en colaboración, la amistad y sus, no siempre fáciles, relaciones con los hombres que marcaron un hito en su vida. Así se conforma un volumen diverso pero coherente, que permite una rica aproximación a la obra y a la personalidad de una mujer que, sin duda alguna, contribuyó decisivamente a transformar las vidas de otras muchas mujeres del mundo entero.


Marta Segarra, Anne Emmanuelle Berger (dir.) Demenageries. Thinking (Of) Animals After Derrida, Amsterdam : Rodopi, coll. « Critical Studies », 2011.

Demenageries, Thinking (of) Animals after Derrida is a collection of essays on animality following Jacques Derrida’s work. The Western philosophical tradition separated animals from humans by excluding the former from everything that was considered “proper to man” : laughing, suffering, mourning, and above all, thinking. The “animal” has traditionally been considered the absolute Other of humans. This radical otherness has served as the rationale for the domination, exploitation and slaughter of animals. What Derrida called “la pensée de l’animal” (which means both thinking concerning the animal and “animal thinking”) may help us understand differently such apparently human features as language, thought and writing. It may also help us think anew about such highly philosophical concerns as differences, otherness, the end(s) of history and the world at large. Thanks to the ethical and epistemological crisis of Western humanism, “animality” has become an almost fashionable topic. However, Demenageries is the first collection to take Derrida’s thinking on animal thinking as a starting point, a way of reflecting not only on animals but starting from them, in order to address a variety of issues from a vast range of theoretical perspectives : philosophy, literature, cultural theory, anthropology, ethics, politics, religion, feminism, postcolonialism and, of course, posthumanism.


Marta Segarra, avec Bruno Clément (dir.), Rêver croire penser — autour d’Hélène Cixous, Paris, CampagnePremière, 2010.

« En quoi sommes-nous “humains”, en quoi disons-nous l’être ? », nous interroge Hélène Cixous en préambule au colloque international qui lui est consacré. « En ce que nous lisons », propose-t-elle. Rêver croire penser est un livre sur la lecture, inlassablement pratiquée, interrogée, théorisée. C’est aussi un ouvrage sur l’amitié et le rêve.

Comment s’entrecroisent ces différents fils ? Comment, à la faveur de la place grandissante occupée par la peinture, la musique, la danse, la photographie, le cinéma, le théâtre, se dessinent, dans l’imaginaire de l’auteur, dans son écriture, de nouvelles lignes de partage entre art et pensée, entre paroles poétiques et philosophiques, entre rêver et croire ?


Marta Segarra (éd.), The Portable Cixous, New York, Columbia University Press, 2010.

The Portable Cixous, is a selection of short texts and excerpts of Hélène Cixous’s oeuvre, from the beginning of her career until the present, with a special emphasis on the last decade. It includes a variety of intersecting subjects and perspectives, which broaden the appreciation and understanding of Hélène Cixous’s oeuvre, open new debates and inspire new research. Therefore, The Portable Cixous aims to make an original and significant contribution to the fields of gender and sexuality studies, literary theory, and postcolonial studies, both by making available in one place a number of Cixous’s more recent texts and, especially, by organizing them in a way that enables an English-speaking reader to better appreciate the depth and breadth of her innovative writing.

The carefully selected texts are grouped in six thematic sections, each of which is preceded by an informative and critical introduction : “Writing and Dreaming the Feminine”, “The Origins : Algeria and Germany”, “Love (and) the Other”, “The Animal”, “Derrida”, and “The Theatre of Hélène Cixous. Re-memberings, Re-fashionings, and Revenants” (this last section authored by Judith G. Miller). The volume opens with a longer general introduction to Cixous’s oeuvre.


Contributions à des ouvrages collectifs (sélection)

  • « Cixous, Hélène », in Jeffrey R. Di Leo (dir.), Bloomsbury Handbook to Literary and Cultural Theory, Londres-New York, Bloomsbury, 2018, p. 410-411.
  • « Effets de signature dans le texte : appropriation ou désappropriation ? », in Frédéric Regard et Anne Tomiche (dir.), Le Genre des signatures, Paris, Classiques Garnier, 2018, p. 247-263.
  • « Maria-Mercè Marçal, la comunidad herida », in Dieter Ingenschay (dir.), Eventos del deseo. Sexualidades minoritarias en las literaturas/culturas de España y Latinoamérica a fines del siglo XX, Francfort-Madrid, Iberoamericana Editorial Vervuert, 2018, p. 231-242.
  • « Violència en la mirada sobre altri : Les dones gitanes », in Francesco Ardolino et Elena Losada (dir.), Violència i identitats, Barcelone, Edicions de la Universitat de Barcelona, 2017, p. 61-70.
  • « Ripensare la communità a traverso la letteratura », in Marisa Forcina (dir.), In relazione : Perché ?, Lecce, Milella‒Università del Salento, 2016, p. 209-218.
  • « Niñas gitanas : El rostro y la espalda », in Maria Dolors Molas Font et Aroa Santiago Bautista (dirs.), La infancia en femenino : las niñas. Imágenes y figuras de la filiación, Barcelona, Icaria, 2016, p. 229-242.
  • « Plurilinguisme dans le monolinguisme chez Hélène Cixous », in Alicia Yllera et Julián Muela Ezquerra (dirs.), Plurilinguisme dans la littérature française, Berne, Peter Lang, 2016, p. 247-260.
  • « En busca de la comunidad nacional, ¿ catalana o española ? », in Cornelia Sieber, Verónica Abrego, Anne Burgert (dir.), Nación y migración. España y Portugal frente a las migraciones contemporáneas, Madrid, Biblioteca Nueva, 2015, p. 223-234.
  • « Artaud-Derrida : Mo-ma, O-A, Fort-Da », in Alcira Saavedra et Hernando Hidalgo (dir.), Hostilidades y hospitalidades. Memoria de un evento sobre Jacques Derrida, Bogotá, Ediciones Uniandes, 2015, p. 443-454.
  • « Méduse en Méditerranée », Le rire de la Méduse. Regards critiques, éd. Frédéric Regard et Martine Reid, Paris : Champion, 2015, pp. 23-38.
  • « Les études féministes en Espagne et le rayonnement de la pensée de Françoise Collin », Femmes, genres, féminismes en Méditerranée,éd. Christiane Veauvy et Mireille Azzoug, Saint-Denis : Bouchène, 2014, pp. 159-170.
  • « Une politique et une poétique de la mémoire : Jacques Derrida et Hélène Cixous », Appels de Jacques Derrida, éd. Danielle Cohen-Lévinas et Ginette Michaud, Paris : Hermann, 2014, pp. 303-317.
  • « Community and the Politics of Memory », Differences in Common. Gender, Vulnerability and Community, éd. Joana Sabadell-Nieto et Marta Segarra, New York-Amsterdam : Rodopi, 2014, pp. 177-189.
  • « Deconstructing Sexual Difference : A Myopic Reading of Hélène Cixous’s Mole », The Animal Question in Deconstruction, éd. Lynn Turner, Edinburgh : Edinburgh University Press, 2013, pp. 142-157.
  • « Transmediality, Transculturality, Transcorporality : Lorca and Copi », Translatio : Transmédialité et transculturalité en littérature, peinture, photographie et au cinéma, éd. Alfonso De Toro, Paris : L’Harmattan, 2013, pp. 241-258.
  • « Désir et violence dans le cinéma réalisé par des femmes », La violence au féminin, éd. Claude Benoit, Paris : Les Éditions de la Transparence, 2011, pp. 241-254.
  • « La mirada al través de Colette Deblé », Colette Deblé. Mujeres en suspensión o la Historia citada, éd. Joana Masó et Javier Bassas, Capellades : Museu Molí Paperer, 2011, pp. 30-38.
  • « El abismo del sexo : la vagina dentata en la cultura contemporánea », Máxima audiencia. Cultura popular y género, éd. Helena González Fernández et Isabel Clúa, Barcelone : Icaria Editorial, 2011, pp. 173-191.
  • « De l’esthétique ‘féminine’ au regard de travers », Derrida et la question de l’art. Déconstructions de l’esthétique, éd. Adnen Jdey, Nantes : Cécile Defaut, 2011, pp. 383-396.
  • « Deseo y violencia : Las criadas de Jean Genet », Homoerotismos literarios, éd. Rodrigo Andrés, Barcelone : Icaria Editorial, 2011, pp. 91-108.
  • « L’alliberament del cos femení en el cinema fet per dones al Magrib », Desvelant secrets : Les dones de l’islam, éd. Laia Climent,València : Octubre, 2010, pp. 151-163.
  • « Les lettres de l’amour… même », Cixous sous x, d’un coup le nom, éd. Marie-Dominique Garnier et Joana Masó, Saint-Denis : Presses Universitaires de Vincennes, 2010, pp. 77-93.
  • « Métamorphoses de l’autobiographique et différence sexuelle », Métamorphoses du roman français, éd. José Manuel Losada Goya, Leuwen : Peeters, 2010, pp. 221-230.
  • « Disturbios en la frontera del género : El público de Federico García Lorca », Discurso sobre fronteras-fronteras del discurso : estudios del ámbito ibérico e iberoamericano, éd. Alfons Gregori, Poznán : Ofycina Wydawnicza Leksem, 2009, pp. 371-380.
  • « Contra la violencia : escri-vida. La literatura de la guerra en Argelia », in Beatriz Ferrús et Núria Calafell (dir.), Escribir con el cuerpo, Barcelone : Editorial UOC, 2008, p. 39-47.
  • « Simone de Beauvoir y el amor entre iguales », De Nizan à Sartre. Philosophie et narration, éd. Àngels Santa, Lleida : Pagès, 2008, pp. 71-85.
  • « Les mères contre les femmes ? La maternité dans le roman féminin au Maghreb », La Puissance maternelle en Méditerranée. Mythes et représentations, éd. G. Dermenjian, J. Guillamou et M. Lapied, Arles : Actes Sud, 2008, pp. 140-153.
  • « Le sexe contre la tendresse : Mathilde de Véronique Olmi », Le Désir et ses interprétations, éd. Marta Segarra, Paris : L’Improviste, 2008, pp. 179-187.
  • « Mujeres e Islam a través de la literatura : ‘Ni velo ni violencia’ », Mujer y trabajo : entre la precariedad y la desigualdad, éd. Josefina Birulés Bertran et María Ángeles Vivas Larruy, Madrid : Consejo General del Poder Judicial. Escuela Judicial, 2008, pp. 77-87.
  • « La sexualidad fuera de la ley : Luis Cernuda », Escrituras de la sexualidad, éd. Joana Masó, Barcelone : Icaria Editorial, 2008, pp. 163-181.
  • « Madame Bovary va al cinema », Miscel·lània Gabriel Oliver Coll, éd. Isabel de Riquer, Palma de Mallorca : Estudi General Lul·lià, 2008, pp. 91-99.
  • « El amor como prehistoria de la literatura : Manhattan de Hélène Cixous », Topografías extranjeras y exóticas del amor en la literatura francesa, éd. Elena Real, València : Universitat de València, 2008, pp. 201-210.
  • « La réappropriation de l’Orient chez les romancières franco-maghrébines », Des femmes et de l’écriture. Le bassin méditerranéen, éd. Carmen Boustani et Edmond Jouve, Paris : Khartala, 2006, pp. 149-160.
  • « Tradition, modernité et postmodernité chez Rajae Benchemsi et Hélé Béji », Le Récit féminin au Maroc, éd. Marc Gontard, Rennes : Presses de l’Université de Rennes, 2005, pp. 161-167.

Articles dans des revues à comité de lecture (sélection)

  • « Entre voyeurisme et ironie : Représentations télévisuelles des Gitanxs », Sociétés & Représentations, vol. 45, nº 1, 2018, p. 41-52.
  • « Vida y verdad : autobiografías de Hélène Cixous », Signa, 27, 2018, p. 75-91.
  • « Culturas animales », La Maleta de Portbou, 24, juillet-août 2017, p. 40-44.
  • « Osnabrück ou de la rêversibilité », Roman 20-50. Revue d’étude du roman du XXe siècle, 64, décembre 2017, p. 45-56.
  • « Sexe i traducció ? », Visat : Revista digital del PEN Club català, 20, octobre 2015.
  • « Le plaisir de la vengeance : Biopolitiques du viol », Ambigua. Revista de Investigaciones sobre Género y Estudios Culturales, 2, 2015, p. 133-146.
  • « Animalidad y diferencia sexual en Hélène Cixous », revue Instantes y azares (Argentine), n. 13, 2013, pp. 95-108.
  • « Cixous, Derrida and Psychoanalysis : The Principle of Intermittence, or Dwelling on the Angle », revue Paragraph (Grande Bretagne), vol. 36, n. 2, juillet 2013, pp. 240-254.
  • « Cixous and Derrida, ‘subjects of French culture’ », Contemporary French and Francophone Studies/Sites (États-Unis), vol. 17, n. 1, janvier 2013, pp. 38-48.
  • « Cuerpos y deseos en el cine de mujeres », Estudios (Universidad Nacional de Córdoba, Argentine), n. 27, 2013, pp. 133-142.
  • « Temps de desig : La novel·la de Jeanne Hersch », Lectora. Revista de dones i textualitat (Espagne), n. 13, 2007, pp. 209-214.
  • « Friendship, Betrayal, and Translation : Cixous and Derrida », Mosaic. A Journal for the Interdisciplinary Study of Literature (Canada), vol. 40, n. 2, 2007, pp. 91-101.
  • « Hélène Cixous’s Other Animal : The Half-Sunken Dog », New Literary History (États-Unis), vol. 37, n. 1, hiver 2006, pp. 119-134.
  • « Du texte à l’image, de la pulsion à l’action ? », Europe. Revue littéraire mensuelle (numéro sur Marguerite Duras), 2006, pp. 190-201.
  • « Hélène Cixous : una poética gatuna », Postdata (Puerto Rico), n. 17, 2003, pp. 37-50.
  • « Del French Feminism a études féminines : ¿un abismo ? », Feminismo/s (Espagne), n. 1, 2003, pp. 51-71.
  • « La femme et le féminin dans deux classiques de la guerre d’Algérie », Francofonía (Espagne), n. 12, 2003, pp. 165-180.
  • « Le roman féminin en Algérie », Letterature di Frontiera / Littératures Frontalières (Italie), vol. XII, n. 2, 2002, pp. 255-267.

Notes de lecture (sélection)

  • Compte rendu « Lautréamont o la recepció tardana d’uns cants », Caràcters (Espagne), n. 34, 2006, pp. 8-9.
  • Compte rendu « Les romans de la guerre », Expressions maghrébines, vol. 2, n. 1, 2003, pp. 199-202.
  • Compte rendu « Bivona, Rosalia : La clessidra della scrittura »,Le Maghreb Littéraire. Revue canadienne des littératures maghrébines, vol. 5, n. 9, 2001, pp. 125-128.

Communications (sélection)

  • « Corps posthumains et maternités queer », Le corps dans tous ses éclats, Université de Franche-Comté, novembre 2018.
  • « Actrius gitanes a la televisió i violència simbòlica », Dones, gènere, treball i violència. Història, pensament i transmissió, Université de Barcelone, novembre 2018.
  • « Lligams de sang : animalitat i intimitat », Animals humans, Centre de Cultura Contemporània de Barcelona-CCCB, octobre 2018.
  • « La viande ressuscitée en bébé », La mère posthumaine, Institut français de Budapest, juin 2018.
  • « Queer Sexuality and Fairy Tales in Claude Cahun and Maria-Mercè Marçal », Subversive Intent & Beyond : Surrealism, Politics, Sexuality, University of Cambridge, juin 2018.
  • « Extensión de la comunidad humana y posthumanidad », CUNY, New York, avril 2018.
  • « ‘Show Me the Place’ : New Forms of Kinship in a Posthuman World », Christina Seminar, Université d’Helsinki, novembre 2017.
  • Derrida et les posthumanités », L’université à venir – savoir, performativité, medialité, Université de Pécs (Hongrie), octobre 2017.
  • « Are you Jewish ?, or The complicated truth », Colloque international Cixousversaire : A Celebration of Hélène Cixous, New York University, septembre 2017.
  • « Dancing in a Posthuman World : Material Bodies and New Alliances », The Program in Critical Theory, University of California-Berkeley, septembre 2017.
  • « Correspondre avec Hélène Cixous », Origines des écritures/Écritures des origines : Mémoires et histoires dans l’œuvre récente d’Hélène Cixous, Université d’Anvers, mai 2017.
  • « Les femmes dans la littérature française du XXe siècle, marginales ou intégrées ? », XI Seminario Internacional Mujer-Literatura, Université d’Alicante, avril 2017.
  • « Le genre avec un accent : les études de genre transnationales », Colloque international À quoi sert le concept de genre ? Réflexion sur l’utilité scientifique, politique et sociale du concept de genre, de la formation et de la recherche sur le genre, Université de Casablanca, mars 2017.
  • « Le corps sexualisé en littérature : Leïla Slimani et Najat El Hachmi », Séminaire international Fabrique des corps et production des inégalités dues au genre, Université de Tanger, janvier 2017.
  • « New Forms of Kinship and Community in Vernon Subutex by Virginie Despentes », Overstepping the Boundaries / Transgresser les limites. 21st-Century Women’s Writing in French, University of London, octobre 2016.
  • « Une poétique et une politique de la mémoire », participation à une table ronde, Encuentros en torno al vivir gitano : género, memoria, economía, lugares, Universitat de Barcelona-Fundació Tàpies, octobre 2016.
  • « Radicalmente feministas : los estudios de género en Cataluña », Los viajes de la teoría : entre lo queer y el feminismo, Universidad de Buenos Aires, octobre 2016.
  • « Parler, écrire et penser avec un accent. La construction d’une identité diasporique, hybride et genrée chez Mélikah Abdelmoumen », Productivité performative-hybride-nomadique-frontalière : Processus diasporiques, identitaires, genrés et transmédiaux dans la littérature et culture franco-maghrébine et hispano-maghrébine. Frankoromanistentag 2016, Universität des Saarlandes, septembre 2016.
  • « New hybrid and sexualized identities in the Roma community », Energizing Communities. Congress of the Sexuality Studies Association, University of Calgary (Canada), mai 2016.
  • « Effets de signature dans le texte : appropriation ou désappropriation ? », Journée d’études ‘Le genre des signatures, Université Paris-Sorbonne, mai 2016.
  • « L’eau comme métaphore de l’homoérotisme féminin : Une généalogie de la littérature lesbienne en France », Les mots et les imaginaires de l’eau. XXV Colloque AFUE, Universitat Politècnica de València, avril 2016.
  • « Néo-orientalisme et corps sexué : écrivaines francophones et catalanophones », Les intellectuel.le.s arabophones et francophones d’Orient et d’Occident, Université Lyon 2, mars 2016.
  • « Violència en la mirada de l’altre : dones gitanes », Violència i Identitats : I Jornades CRIC, Universitat de Barcelona, novembre 2015.
  • « Miradas : Mujeres gitanas y estigmatización del otro », (Auto)representaciones simbólicas de la comunidad gitana, Universitat de Barcelona, novembre 2015.
  • « Disposable Bodies that Do (Not) Matter », Bodies that (still) matter. Seminar with Judith Butler, Centre de Cultura Contemporània de Barcelona-CCCB, novembre 2015.
  • « L’identité diasporique du peuple rom du point de vue des femmes créatrices », The World in Movement/Le monde en mouvement, Universität Leipzig, septembre 2015.
  • « Ripensari la communità attraverso la letteratura », In relazione : perché ? Bioetica, biopolitica e tanatopolitica, Università del Salento, Lecce, septembre 2015.
  • « Au-delà des études de genre : autour du concept de communauté », Penser le genre : Les études de genre en Espagne, Université de Lille 3, mai 2015.
  • « Plurilingüismo en el monolingüismo : el topo en Hélène Cixous », Le plurilinguisme dans la littérature française, Université de Zaragoza (Espagne), avril 2015.
  • « El rostro y la espalda : niñas gitanas », Col·loqui Internacional « La infància en femení : les nenes. Imatges i figures de la filiació », Université de Barcelone, décembre 2014.
  • « Polítiques de l’amistat : Hélène Cixous i Jacques Derrida », Les filòsofes i els seus mestres II : Escriptura, pensament i política, Université de Barcelone, décembre 2014.
  • « Expanded Community, Vulnerability and the Hybrid », Expanded Communities and Posthumanity, Cornell University, Ithaca (États-Unis), novembre 2014.
  • « Maria-Mercè Marçal, más allá de la homosexualidad y la heterosexualidad », Sexualidades minoritarias en las culturas / literaturas de España y Latinoamérica, Université Humboldt-Berlin (Allemagne), juillet 2014.
  • « Roundtable Discussion with Professor Hélène Cixous », Wither Political Theatre ?, Université de Cambridge (Grande Bretagne), juillet 2014.
  • « El futuro de los estudios francófonos », Coloquio con motivo del 20 aniversario del Centro de estudios iberoamericanos, Université de Leipzig (Allemagne), juillet 2014.
  • « Què somien les ovelles ? Emocions i límits de la comunitat humana », Polítiques de les emocions, Université de Barcelone, juin 2014.
  • « À la belle étoile : Mémoires de femmes rom », Colloque International Mémoires de femmes, mémoires de la double discrimination, Université de Jaén, Baeza (Espagne), juin 2014.
  • « Vélelles », Cixéminaire : Le séminaire d’Hélène Cixous en études féminines, Université Paris 8, mai 2014.
  • « Le genre est mort, vive le genre ! Les études de genre en Espagne », Le printemps international du genre. Enjeux politiques et savants de l’institutionnalisation et de l’internationalisation d’un champ d’études, Université Paris 8, mai 2014.
  • « Le plaisir de la vengeance : Biopolitiques du viol », ‘Mi vagina clama una venganza’. Fureur et désir féminins dans les littératures contemporaines en langues romanes,Université Paris Est-Marne la Vallée, janvier 2014.
  • « Deconstructing Sexual Difference : Hélène Cixous’s Mole », Tulane University, Nouvelle Orléans (États-Unis), novembre 2013.
  • « De la ménagerie à la philosophie », Brown University, Providence (États-Unis), novembre 2013.
  • « Working on Community, Diaspora and Gender beyond Francophone Studies », Cornell University, Ithaca (États-Unis), novembre 2013.
  • « Hélène Cixous on Animality », Louisiana State University, Baton Rouge (États-Unis), octobre 2013.
  • « Deconstructing Sexual Difference : Hélène Cixous’s Mole », Tulane University, Nouvelle Orléans (États-Unis), octobre 2013.
  • « Nacionalismo y postcolonialismo : Escritoras catalanas del Magreb », University of Massachusetts, Amherst (États-Unis), octobre 2013.
  • « The Mole in Shakespeare and Cixous », Hamlets and Moles, University of Sussex, Lewes (Grande Bretagne), mai 2013.
  • « La régression des droits des femmes en Espagne : une analyse linguistique », Crises actuelles et enjeux démocratiques en Méditerranée, RUSEMEG-Anna Lindt Foundation, Marseille, avril 2013.
  • « Les études féministes en Espagne et le rayonnement de la pensée de Françoise Collin », Séminaire international Genre, politique, sexualité(s). Orient/Occident, Fondation Maison des Sciences de l’Homme et Institut d’Études européennes, Paris, novembre 2012.
  • « La comunitat de les amants : El desig com a expropiació », IV Jornades marçalianes, Universitat Autònoma de Barcelona, novembre 2012.
  • « En busca de la comunidad nacional : ¿catalana o española ? », Transformando las concepciones culturales de « lo nacional », Université Johannes Gutenberg-Meinz (Allemagne), octobre 2012.
  • « Self-Portrait as Fiction : Histories of Women Artists », Hamilton College, Clinton (États-Unis), avril 2012.
  • « (French ?) Cinema and the Politics of Memory », Derrida’s « Phantoms » of Cinema in the Post-Global Context, University at Albany-SUNY (États-Unis), avril 2012.
  • « Diasporic Identity and Trans-Community : Cixous, Derrida, Esposito », New / Hybrid Diasporas within Globalization : Inter- / Transidentity, Inter- / Transnation, Université de Leipzig (Allemagne), décembre 2011.
  • « Cixous and Derrida, ‘sujets de culture française’ », Brassages franco-maghrébins / Franco-Maghrebi Crossings, Florida State University, Tallahassee (États-Unis), novembre 2011.
  • « Transmedialité, transculturalité, transcorporalité », Inter-transmediality and Transculturality in Literature, Painting, Photography, Film (The Americas-Caribbean-Europe-Maghreb), Université de Leipzig (Allemagne), juin 2011.
  • « Políticas de la amistad y del amor : Cixous, Derrida, Marçal », Ethics and Cultural Expressions. Conference of the AILCFH, University of Texas-Austin (États-Unis), novembre 2010.
  • « The Path of Reading : Cultivating Distance », Hélène Cixous : Writing at a Distance, Cornell University (États-Unis), septembre 2010.
  • « Méduse en Méditerranée », The Medusa Project : Celebrating « The Laugh of the Medusa », New York University (États-Unis), septembre 2010.
  • « Artaud-Derrida, Fort-Da », Jacques Derrida : hostilidades y hospitalidades, Bogotá (Colombie), septembre 2010.
  • « Télé-pathie-phonie », Appels : le téléphone dans l’œuvre d’Hélène Cixous, Université Paris 8, mai 2010.
  • « Huellas del deseo : la crisis del sujeto y el cuerpo agujereado », Colloque Pensamiento transatlántico contemporáneo Colombia-España, Pontificia Universidad Javeriana, Bogotá (Colombie), septembre 2009.
  • « Métamorphoses de l’autobiographique et différence sexuelle », Métamorphoses du roman français, Université Complutense de Madrid, Madrid (Espagne), décembre 2008.
  • « Risa, deseo y feminidad : Émile Zola », IV Jornadas de Filosofía y Género : La risa y la ironía femeninas, Universitat de Barcelona, décembre 2008.
  • « Disturbios en la frontera del género : El público de García Lorca », Discurso sobre fronteras-fronteras del discurso : literatura, pensamiento y cultura del ámbito ibérico e iberoamericano, Université Adam Mickiewicz, Poznan (Pologne), novembre 2008.
  • « Allégorie du voyage en Algérie », Croire Rêver. Arts de pensée, Collège international de philosophie-Fondation de l’Allemagne, Maison Heinrich Heine, Paris, juin 2008.
  • « Les lettres de l’amour… même », Journée d’études Cixous sous x : Nano-lectures, Université Paris 8, décembre 2007.
  • « Las amazonas y las brujas en la literatura feminista francesa », I Jornadas sobre los saberes de las mujeres : Magas, adivinas y brujas, Université de Barcelone (Espagne), octobre 2007.
  • « The Principle of Intermittence, or Dwelling on the Angle », Cixous and Derrida : Their Psychoanalysis, University of Leeds (Grande-Bretagne), juin 2007.
  • « Ulysses in the USA », Hélène Cixous. Written Initials / Ultimate Plays, University at Albany-SUNY (États-Unis), avril 2007.
  • « Friendship, Betrayal, and Translation : Derrida and Cixous », Following Derrida : Legacies, University of Winnipeg (Canada), octobre 2006.
  • « Les mères contre les femmes ? La maternité dans le roman féminin au Maghreb », Maternité et pouvoir en Méditerranée, Maison des Sciences de l’Homme, Aix-en-Provence, mai 2006.