Violences sexuelles en temps de guerre

Publié dans : Colloques et journées d'études

Image à la une

Colloque international

lundi 13/03/2017
de 14h00 à 18h00

CNRS – LEGS
27 rue Paul Bert
94200 Ivry-Sur-Seine

Chargement de la carte…
Ouvir dans Google Maps

Pourquoi est-il important de discuter aujourd’hui des violences sexuelles en temps de guerre ?
Y a-t-il un lien entre la situation politique actuelle d’inégalité de genre et la façon dont nous réaffirmons ou ignorons l’histoire de la violence sexuelle en temps de guerre ?
La question de la violence sexuelle contre les femmes exercée par le système militaire, le nationalisme, le colonialisme et la question de la responsabilité politique de la génération d’après-guerre sont au centre de controverses au Japon depuis 1991, date à laquelle les premières « femmes de réconfort » en Corée du Sud se sont publiquement exprimées, mettant en accusation le système de l’esclavage sexuel de l’armée impériale japonaise.

Nous souhaitons discuter de l’importance qu’il y a aujourd’hui pour les féministes du 21ème siècle de se confronter aux mémoires de la guerre qui ont été englouties dans l’oubli ou auxquelles on a dénié une place dans l’histoire nationale. Le cas du Japon et des luttes des femmes japonaises permettront aux intervenantes suivantes de présenter ces questions :

Yayo Okano (Doshisha University, Kyoto, Japon) spécialiste de philosophie politique et de théorie féministe. Elle est l’auteure, entre autres, de Against the War : The Ethics of Care and a Vision of Peace (2016), The Politics of Feminism : Introducing the Ethics of Care to the Global Society (2012). Ses publications en anglais incluent “Reconciliation over Past Sexual Slavery in Japan”, dans The Gender Politics of War Memory (2012).

Kazue Muta (Osaka University, Osaka, Japon), est spécialiste de sociologie historique et études de genre. Parmi ses publications en anglais , “The “Comfort Women” Issue and the Embedded Culture of Sexual Violence in Contemporary Japan” (Current Sociology, 2016 ; vol. 64, 4) pour lequel elle a été consacrée « sociologue du mois »
en Mars 2017 par Current Sociology, principale revue de l’association internationale de sociologie. Elle a également co-édité The Gender Politics of War Memory (2012).

Naoko Ikeda (Tama Art University, Tokyo, Japon), spécialiste du féminisme et de la militarisation. Elle est, entre autres, co-auteure de “Seeing the Whole Picture” dans C. Cockburn ed., Antimilitarism (2012), et de “Representation of ‘Deviant’ Gender as a Decoy for Militarism” dans Women, Human Rights, and War (Vo.11, 2011).

Aya Takeuchi (Écrivaine et activiste, Tokyo, Japon), écrit dans les média progressistes et les journaux du Parti Social Démocrate. Elle est engagée dans les luttes syndicales en particulier autour des cas des travailleurs et travailleuses des boîtes de nuit et des centrales nucléaires.

Discutant-e-s : Carol Mann, Legs et www.womeninwar.org
Modératrice : Patricia Paperman

Document joint

Violences Sexuelles Fev 2017
Taille : 738.6 kB Format : PDF