Penser, travailler, écrire à deux. Les couples d’historiennes et d’historiens de l’art

Publié dans : Colloques et journées d'études

Image à la une

Du mercredi 07/10/2020
au samedi 07/11/2020

INHA
2, rue Vivienne
Paris

Chargement de la carte…
Ouvir dans Google Maps

7 octobre 2020, Paris, INHA, salle Vasari, 9h-18h30

 

Bernard Berenson et Mary Logan ; Galienne et Pierre Francastel ; Adolph Goldschmidt et Wilhelm Vöge ; Margot et Rudolf Wittkower ; Richard et Trude Krautheimer ; Gabrielle et Léon Rosenthal ; Clementina Anstruther-Thomson et Vernon Lee ; Léon et Sylvia Pressouyre ; Georges-Henri Rivière et Nina Spalding Stevens… Nombreux sont les couples d’historiennes et d’historiens de l’art qui offrent matière à réflexion. Les écrits à quatre mains, la postérité inégale de leurs auteurs, les associations privées ou publiques n’ont toutefois que rarement retenu l’attention des chercheurs soucieux d’interroger l’histoire de leur discipline.

Cette journée explorera les possibilités offertes – ou non – par le couple ainsi que la répartition des savoirs et des tâches en son sein. En le considérant comme une réunion de deux personnes dans une activité, elle examinera ses productions scientifiques à travers les questions de hiérarchie, stratégie, rivalité et effacement de soi qui y sont à l’œuvre, suivant une voie encore peu empruntée dans l’histoire des idées et des processus intellectuels.

 

La journée d’études aura lieu en anglais et en français

 

Organisation : Institut national d’histoire de l’art, en partenariat avec avec le LEGS (UMR 8238) et l’École du Louvre

 

Comité scientifique :

Victor Claass (INHA)

Pascale Cugy (INHA)

Charlotte Foucher Zarmanian (CNRS, LEGS-UMR 8238)

François-René Martin (École du Louvre, Beaux-Arts de Paris)

 

 

Programme

 

9:00 – Accueil

9:15 – Mots d’ouverture

9:30 – Introduction

Pascale Cugy (Institut national d’histoire de l’art)

François-René Martin (École du Louvre, Beaux-Arts de Paris)

 

10:00 – Partages et dépendances

Modération : Marie-Anne Sarda (Institut national d’histoire de l’art)

 

Jérôme Delatour (Institut national d’histoire de l’art), Gaston Brière et Clotilde Brière-Misme : un couple d’historiens de l’art dans la première moitié du XXe siècle

Olga Vassilieva-Codognet (École des hautes études en sciences sociales, université de Fribourg), Pierre et Jeanne Courcelle : les noces de Philologie et d’Iconographie

 

11:00-11:15 – Pause

 

Laura Tack (université catholique de Louvain), Décroiser le bâton de sourcier. La contribution de Gertrud Bing (1892-1964) à l’héritage intellectuel d’Aby Warburg (1866-1929) 

Philippe Despoix (université de Montréal), Gertrud Bing, Fritz Saxl et la direction collective de la bibliothèque et de l’Institut Warburg

 

12:00 – Libre-échanges

Modération : Cecilia Hurley-Griener (École du Louvre, université de Neuchâtel)

 

Francesca Dytor (Pembroke College Cambridge), Michael Field and Imagined Italy / L’Italie imaginée des Michael Field

Thomas Hughes (Institut Courtauld, Londres), An Odd Couple: John Ruskin and Walter Pater / Un couple singulier : John Ruskin et Walter Pater

 

13:00 – Déjeuner

 

14:30 – Développer en commun

Modération : Juliette Lavie (université Paris Nanterre)

 

Ya’ara Gil-Glazer (Tel-Hai Academic College), Beyond the MoMA and Straight Photography:The Newhalls and Social Documentary Photography Between the Great Depression and Cold War / Au-delà du MoMA et de la straight photography : les Newhall et la photographie sociale documentaire entre la Grande Dépression et la Guerre froide

Stephanie Herrmann (Reiss-Engelhorn-Museen, Mannheim), Helmut and Alison Gernsheim – A Couple’s Life for the History of Photography / Helmut et Alison Gernsheim. Une vie de couple pour l’histoire de la photographie

Hélène Orain (Université de Lorraine), Alison et Helmut Gernsheim, pionniers d’une histoire de la photographie victorienne

 

16:00 – Pause

 

16:30 – Partir

 

Modération : Alain Schnapp (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

 

Raphaëlle Rannou (École du Louvre), Le couple Dieulafoy : l’expression d’une répartition des rôles en archéologie

Émilie Oléron Evans (Queen Mary, université de Londres), Mémoire double : les Kurz et l’École de Vienne

 

17:30 – Conclusion

Victor Claass (Institut national d’histoire de l’art)

Charlotte Foucher Zarmanian (CNRS, LEGS-UMR 8238)